Pablo MIRAT

« The northside Dubliners are the niggers o’ Dublin : représentation et utilisation de l’anglais irlandais dans les romans de Roddy Doyle »

Pablo MIRAT (Master 2 Sciences du langage – Université Bordeaux Montaigne)

L’anglais irlandais (Irish English ou Hiberno-English) occupe une place de choix dans le Mundartbund des variétés de l’anglais, en tant qu’il est le résultat de huit cents ans de politiques linguistiques, installées et abandonnées au gré des allées et venues de populations exogenes, qu’il s’agisse des Normands, aisément assimilés au XIIIe siècle, ou des planteurs dépêchés par les rois Tudor pour assujettir un peuple subversif, considéré comme une menace pour la couronne (Todd 1999). Intrinsequement modelé par l’irlandais maternel des habitants de l’ile, cette variété apparue au contact de l’anglais dans les strates inférieures d’une société anglo-centrée, longtemps stigmatisante sur le plan social, économique et religieux, est devenue aux XIXe et XXe siecles un objet littéraire privilégié pour les écrivains irlandais, exaltée comme un marqueur de l’identité irlandaise libérée du joug anglais. Plus récemment, grâce aux développements de la théorie des World Englishes (Crystal 2003), l’Hiberno-English a fait l’objet d’un certain nombre d’études linguistiques visant à décrire et expliquer cette variété, dans un champ d’études qui a longtemps procédé à des amalgames manichéens en opposant les seuls anglais britannique et américain. C’est cet anglais à l’irlandaise qu’a choisi de mettre en scène le romancier dublinois contemporain Roddy Doyle dans sa Barrytown Triology (Doyle 1993), composée des romans The Commitments (1987),

The Snapper (1990), et The Van (1991), chroniques d’une famille du quartier populaire fictif de Barrytown, aisément identifiable en raison des attitudes linguistique de la famille Rabbitte et de son entourage comme étant situé au nord de l’isoglosse formé par la rivière Liffey.

Il s’agira d’étudier le souci de vérisimilitude dont fait montre Doyle dans sa démarche de représentation d’une variété linguistique authentique, à savoir l’anglais des quartiers populaires du nord de Dublin dans ses karaoke novels (Reynolds 2004), qui présentent la particularité stylistique de privilégier les dialogues sur la description, et mettent de fait en avant l’oralité des protagonistes.

Pour ce faire, nous avons établi un corpus de formes canoniques de l’anglais irlandais qui distinguent cette variété de l’anglais standard (Standard British English) en nous basant sur les travaux de description de l’anglais irlandais (Crystal 2003, Filppula 1991, Hickey 2007, Todd:1999). Notre corpus comprend actuellement seize traits phonologiques, ving-six traits morpho-syntaxiques, quatre influences lexicales majeures (Todd 1999, Dolan 2013), et six traits pragmatiques (Clancy 2011) pertinents à l’étude des romans de Doyle. Après une rapide présentation diachronique et synchronique de l’anglais irlandais, nous nous proposons de présenter quelques occurrence des traits répertoriés de cette variété dans les romans étudiés, en étendant notre réflexion au crédit d’un corpus littéraire dans le cadre de la recherche en linguistique descriptive et sociolinguistique (Dolan 1985, Dolan 1990, Hickey 2010, Sullivan 1980, Taavitsainen & Melchers 2000). Enfin, nous étudierons l’évolution récente du sociolecte représenté par Doyle, et l’intérêt culturel et académique que présente l’anglais irlandais en tant qu’irlandais créolisé (Todd 1990).

Références bibliographiques

Clancy B., Vaughan E. 2011. « The pragmatics of Irish English ». English Today, n. 106, juin 2011. pp47-52.

Crystal, D. 2003. The Cambridge Encyclopedia of the English Language: Second edition. Cambridge University Press. 506 p.

Dolan, T. P. 1985. « Sean O’ Casey’s Use of Hiberno-English ». Irland: Gesellschaft und Kultur, D. Siegmund-Schultze (éd.), FV, Wissenschaftlich Beitrâge, Martin Luther- Universitàt Halle-Wittenberg. pp. 108-15.

Dolan, T. P. 1994. « Samuel Beckett’s Dramatic Use of Hiberno-English », Irish University Review. n. 14. pp. 45-56.

Dolan, T. P. 2013. A Dictionary of Hiberno-English: The Irish Use of English (Third edition). Dublin: Gill & Macmillan. 292 p.

Doyle, R. 1993. The Barrytown Trilogy, Vintage; New Ed edition. 633 p.

Filppula, M. 1991. « The relevance of linguistic constraints on inter-language transfer: Evidence from Irish English ». Teanga, n. 11, octobre 1991.

Hickey, R. 2006. « Irish English, Research and Developments ». Études irlandaises. n.31.2.

Irish English : variétés et variations / Irish English, Varieties and Variations. pp. 11-32 Hickey, R. 2010. Varieties of English in writing. The written word as linguistic evidence. Amsterdam and Philadelphia: John Benjamins. 390 p.

Jenkins, J. 2003, World Englishes, Londres, Routledge. 233 p.

Reynolds, M., Noakes, J. 2004. Roddy Doyle: The Essential Guide, Londres : Random House UK. 204 p.

Sullivan, J. 1980. « The validity of literary dialect: evidence from the theatrical portrayal of Hiberno-English forms ». Language in Society, Vol. 9, n. 2, août 1980. pp. 195-219. Cambridge University Press.

Taavitsainen, I., Melchers, G. 2000. « Writing in nonstandard English: introduction. ». In : I. Taavitsainen, G. Melchers et P. Pahta (eds) Writing in nonstandard English 1–26. Amsterdam and Philadelphia: John Benjamins. 411 p.

Todd, L. 1990. Pidgins and Creoles. London: Routledge. 117 p.

Todd, L. 1999. Green English: Ireland’s Influence on the English Language. The O’Brien Press. 159 p.