Marine GUERRY

« Comment sont conceptualisés les affects sociaux français chez les natifs et les non natifs ? Etude contrastive entre français et japonais »

Marine GUERRY (Doctorante CLLE ERSSàB – Université Bordeaux Montaigne)

Il existe diverses manières de transmettre et d’interpréter les expressions affectives selon nos personnalités, nos humeurs, nos compétences langagières, notre habilité à exprimer ces messages… L’étude et l’observation des affects sociaux ont fourni diverses informations sur le processus de communication affective (Scherer & Ellgring, 2007). De nombreuses recherches se sont focalisées sur les stratégies prosodiques et visuelles employées par les individus pour un large panel de concepts allant de la politesse à l’arrogance ou encore la séduction dans diverses langues (Barkhuysen et al, 2010; Rilliard et al, 2014; Wichmann, 2000). D’autres études (Shochi et al, 2009; Pavlenko, 2005; Abelin & Allwood, 2000) ont d’ailleurs révélé des spécificités culturelles sur le plan expressif et perceptif des expressions affectives spécifiques à certaines langues/cultures. Ainsi, Shochi a montré que des expressions telles que la surprise ou la déclaration sont reconnues interculturellement tandis que d’autres telles que le Kyoshuku (une expression japonaise de politesse) se comportent comme de faux-amis et peut être perçue comme de l’irritation chez les occidentaux.

Suivant ces recherches, notre étude se focalise sur les affects sociaux du français et leur perception par les locuteurs natifs et par les locuteurs japonais. Les objectifs de cette étude sont (1) de montrer la diversité des concepts utilisés pour décrire ces expressions pour chaque langue, (2) de permettre une comparaison cross-culturelle des variations perceptives entre locuteurs natifs et non natifs du français.

Lors de recherches précédentes, de nombreux chercheurs ont tâché de cerner ces caractéristiques perceptives. Par exemple, Udall (1960) propose de mesurer l’aspect sémantique des contours prosodiques à l’aide d’échelles d’adjectifs opposés. Une autre approche, largement répandue, consiste à demander aux sujets de sélectionner parmi un panel de termes celui représentant l’expression reconnue (Rilliard et al, 2009). Enfin, d’autres recherches se sont concentrées sur des choix catégoriels contenant plusieurs dimensions telles que la valence ou encore le degré d’excitation perçu par les sujets (Amir et al, 2015). Ces méthodologies peuvent biaiser les résultats dans les cas de comparaisons cross-culturelles de ces expressions affectives lorsqu’il est nécessaire de traduire directement des concepts affectifs (Wierzbicka, 1985). En outre, les étiquettes proposées aux sujets relèvent du choix imposé par l’expérimentateur. De ce fait, ils peuvent être amenés à choisir une terminologie qui ne représente pas forcément le concept perçu (Widen et Russell, 2003). Dans l’optique de notre recherche, nous avons opté pour l’étiquetage libre des expressions affectives. Ce protocole expérimental permet d’identifier des catégories perceptives pour chacune des expressions affectives. Ce paradigme a montré que les termes attribués par les sujets sur les expressions affectives permettaient une description plus détaillée des expressivités affectives des locuteurs (Guerry et al, 2016).

Notre expérience perceptive a été menée auprès 27 sujets français (natifs, 7F/20H) (Guerry et al, 2015) et 16 Japonais (non-natifs, 11F/5H) sur 16 expressions affectives produites par des locuteurs français. Tous les sujets devaient décrire dans leur propre langue à l’aide d’un unique terme (adjectif ou nom) ce qu’ils percevaient de chaque expression en se référant à leur propre terminologie. Les résultats montrent que les deux groupes possèdent un comportement perceptif similaire dans la distinction des expressions affirmatives et dubitatives, de surprise et d’irritation. Les Japonais montrent cependant des confusions assez importantes entre les expressions de politesse et d’impolitesse qui se retrouvent au sein d’une même catégorie. A la suite ces résultats, nous comptons comparer le comportement perceptif des Français sur les expressions japonaises.

Bibliographie

– Abelin, A., Allwood, J. 2000. Cross linguistic interpretation of emotional prosody. Proc. ISCA workshop on speech and emotion. Newcastle; Northen Ireland, pp. 110-113.

– Amir, N., Rubinstein, R., Shlomov, A., & Diamond, G. 2015. Comparing categorical and dimensional ratings of emotional speech, In 11th IEEE International Conference and Workshops on Automatic Face and Gesture Recognition, Vol. 5, pp. 1-5.

– Barkhuysen, P., Krahmer, E., & Swerts, M. 2010. Crossmodal and incremental perception of audiovisual cues to emotional speech, Language and Speech, vol. 53, pp. 3–30.

– Guerry, M., Shochi, T., Rilliard, A., & Erickson, D. 2015. Perception of prosodic social affects in french: a free-labeling study. Proc. 18th of International Congress of Phonetic Sciences, Glasgow, Scotland UK.

– Guerry M., Rilliard A, Erickson D., & Shochi T. 2016. Perception of prosodic social affects in Japanese: a free-labeling study. Proc. Speech Prosody 8, Boston, USA.

– Rilliard, A., Erickson, D., Shochi, T. & de Moraes J. 2014. US English, attitudinal prosody performances in L1 and L2 speakers. Proc. Speech Prosody 7, Dublin, Ireland, pp. 895-899..

– Pavlenko, A. 2005. Emotion and Multilinguism. Cambridge: Cambridge University Press.

– Scherer, K.R., & Ellgring H. 2007. Multimodal expression of emotion: Affect programs or componential appraisal patterns?,” Emotion, vol. 7, no. 1, p. 158.

– Shochi, T., Rilliard, A., Aubergé, V., & Erickson, D. 2009. Intercultural perception of English, French and Japanese social affective prosody, in The role of prosody in affective speech (S. Hancil, ed.), Bern, Germany: Linguistic Insights 97, pp.189-220.

– Uldall, E. 1960. Attitudinal meanings conveyed by intonation contours, Language and Speech, vol. 3, no. 4, pp. 223–234.

– Wierzbicka, A. 1985. Different cultures, different languages, different speech acts: Polish vs. English,” Journal of pragmatics, vol. 9, no.2-3, pp. 145–178.

– Wichmann, A. 2000. The attitudinal effects of prosody, and how they relate to emotion, in ISCA Tutorial and Research Workshop (ITRW) on Speech and Emotion,, (Newcastle, Northern Ireland), pp. 143–148.

– Widen, S.C., & Russell, J.A. 2003. A closer look at preschoolers’ freely produced labels for facial expressions. Developmental Psychology Vol.39, 114–128.