Marie CHAUMONT

« Les différents rôles du rire en interaction sociale et ses réalisations phonétiques »

Marie CHAUMONT (Master 2 Sciences du langage – Université Bordeaux Montaigne)

 En linguistique, le rire est souvent considéré comme un bruit parasite. Il fut longtemps laissé de côté en raison de sa complexité du       ainsi    que      d’un    manque          de        modèles         théoriques.    Depuis            les années           80-90, de        nombreux      chercheurs    appartenant  à          divers domaines       (ex. psychologie,  phonétique,   sociologie…)   s’intéressent  aux      caractéristiques        du        rire,     tant au        niveau expressif        que     perceptif.       Toutefois       ces      études ne        se        sont    pas encore accordées      sur      une     terminologie  commune       pour   décrire           ses caractéristiques        (Trouvain      2003).

D’autre           part,    “rire”  est       défini  comme           une     “manifestation           d’une  gaieté soudaine,       s’amuser,       se        divertir”,        selon   le         dictionnaire   Larousse.

Or,       Provine          (1992),           dans    une     expérience     où       il          cherchait        à décrire           ce        qui      provoque       le         rire,     mit      en        lumière          que      l’humour n’en    était    pas      le         déclencheur  principal.        La        plupart           des      occurrences   qu’il releva étaient            présentes       dans    une     conversation “normale”,     sans    rien     d’amusant, semblable      à          «          où       vas-tu ».         Mais    si         ce        n’est    pas      parce  que     nous sommes         amusés,          pourquoi       rions-nous     ?

Des      chercheurs    tels      que     Scott   (2016)            ou       Ishi      (2016),           mirent en évidence        l’existence      de        différents       types   de        rires,   aux      caractéristiques physiques      et         neuronales    distinctes,       révélant          un       rire     «          spontané        » incontrôlable et         associé           à          l’humour        et         un       rire     «          social  ».

Suivant           ces       recherches    antérieures,   le         rire     spontané        est       défini  comme un       rire     incontrôlable,            survenant      suite    à          un       événement     externe           tel qu’une vidéo  humoristique.            Quant  au        rire      social, il          est       défini  comme           se produisant     socialement,   contrôlé         suivant           une     convention    culturelle,       dans    le but      de        maintenir       la         communication         avec    son      interlocuteur (manifestation d’embarras,   politesse…)

Notre  objectif           initial  est       de        vérifier           si         un       sujet    naïf      serait capable          de        discriminer    un       rire     social  d’un    rire     spontané        à          l’aide seulement      de        données         audio  et         sans    informations sur      le         contexte.        Dans un       second            temps nous   souhaiterions déterminer    les       caractéristiques        acoustiques de        chaque           rire.

Pour    cette    étude  préliminaire,  nous   avons  effectué          un       test      perceptif        auprès de        87       sujets  français.         54       stimuli            composés      de        façon  égale   de        27 rires    sociaux           et         spontanés      furent sélectionnés   parmi  254     rires    par      7 chercheurs.   Ceux-ci           sont    extraits           d’un    corpus enregistré      en        environnement immersif        avec    des      sujets  français          et         japonais         à          l’aide   des      “Speech Dialogue        Systems          and     Multimodal    Interfaces”     développés    par      l’Université    de Kyoto, Japon  (Nishida         et         al.,       2014). Afin     de        quantifier       des      réponses, chaque           séquence        de        rire     est       diffusé 3          fois      de        façon  aléatoire, produisant     162     rires    utilisés            comme           stimuli            pour   le         test.     Avant  de participer,      les       sujets  furent informés        des      définitions     des      deux   types   de        rire et         de        la         procédure     du       test.     Il          fut       effectué          individuellement,      sur l’interface      d’un    programme   développé      sous    le         logiciel            «          OpenSesame  » ainsi    que     d’un    casque.           Lors    du       test,     le         sujet    devait écouter           au maximum       2          fois      le         stimulus         et         ensuite           sélectionner  si         le         rire était    “spontané”,    “social”           ou       “je       ne        sais     pas”.    Dans   le         cas       des      deux premières      réponses,       une     échelle            de        1          à          7          apparaissait   afin     de connaître       le         degré  de        certitude        du        sujet.

Les      résultats         montrent       un       taux     de        reconnaissance         avoisinant      les 70%,   (24      spontanés      et         24       sociaux).         Cela     nous   permet           la         première conclusion     que      les       sujets  interrogés      semblaient     être     capables         de        distinguer le         rire     social  du       spontané        seulement      à          l’aide   de        données         audio  sans aucun contexte.

Nous   avons  par      la         suite    mesuré           les       valeurs           de        13       paramètres acoustiques   (fréquence     fondamentale,           durée  totale  et         de        la         partie  voisée, intensité,        taux     de        bruit)  de        chaque           rire     dans    le         but      d’identifier     des caractéristiques        acoustiques   des      deux   rires,   ce        à          l’aide   d’Analyse       Multi-Factorielle.

Les      résultats         mettent          en        évidence         une     corrélation    entre   les       réponses données         et         les       paramètres    tels      que      la         fréquence      fondamentale,           la durée  totale  des      rires    et         celle    de        leur     partie  voisée. Ainsi   les       résultats montrent       que      ces      éléments        de        durée, le         nombre          des      segments        voisés et         l’amplitude     de        F0       sont    des      facteurs          importants     pour   discriminer    le rire     spontané        du       social. Les      premiers        sont    davantage      voisés, et         leur     durée totale  et         celle    de        la         partie  voisée sont     plus     longues          que     celle    des seconds.

Suite   à          ces      résultats,        nous   souhaitons     effectuer        des      tests    perceptifs            supplémentaires       afin     de        sous-catégoriser       le         rire     social  et         ses            différentes     fonctions        possibles.       Pour    ce        faire,   les       rires    sociaux           mis            en        évidence         dans    les       précédents     tests    seront sélectionnés  puis     nous            demanderons aux      sujets  de        déterminer    l’existence      ou       non     de        certains            affects (ex.      embarras,      politesse).

Bibliographie

Bachorowski J.A.,      Smoski           J.Owren          M.J.,     The     Acoustic         Feature          of Human           Laughter,       The      Journal           of         the      Acoustical       Society            of America,         2001.

Ishi      C.,        Audiovisual    Analysis         of        Relations        Between         Laughter        and Laughter        Motions,                     Proc.   Speech Prosody           2016,   2016.

Nishida,          T.,        Nakazawa,     A.,        Ohmoto,         Y.,        Mohammad,  Y.,        Conversational Informatics    :           A         

Data-Intensive           Approach        with    Emphasis        on        Nonverbal      Communication,        Ed.            Springer,        2014.

Provine          R.R.,     Contagious    Laughter        :           Laughter        is         a          Sufficient Stimulus         for       Laughs           and     Smiles,                        Bull.    Psychon.         Soc.,     1992.

Provine          R.R.,     Laughter        Ponctuates     Speech            :           Linguistic,      Social  and Gender           Contexts         of        Laughter,       Bull.     Psychon.         Soc.,     1993.

Provine          R.R.,     Laughing,       Tickling          and      the      Evolution       of        Speech            and Self,     Bull.    Psychon.         Soc.,     2004.

Scott    S.,        The     Social  Life     of        Laughter,       Trends Cogn   Sci.      2014;   18(12):            618–620,     2014.

Tanaka           H.,        Campbell        N.,        Laughter        Ponctuates     Speech           :           Linguistic, Social  and     Gender           Contexts         of        Laughter,       Computer       Speech and      Language, Vol.      28,       2014.

Tian    Y.,        Mazzocconi    C.,        Ginzburg        J.,         Time   alignment       between         laughter and     laughable,      Proc.   The      4th      European        and      7th      Nordic Symposium     on Multimodal    Communication,        2016.

Trouvain        J.,         Segmenting    Phonetic         Units   of        Laughter,       Proc;   15th    International            Congress         of         Phoneti           Sciences,         pp.2793-2796,          2003.