Guangni LI

« Analyse pragmatique des stratégies de refus en mandarin standard »

Guangni LI (Master 2 Sciences du langage – Université Bordeaux Montaigne)

La politesse est considérée comme un outil communicatif qui assure la qualité de la communication interpersonnelle et de la relation sociale. Qui dit social dit aussi culturel, la politesse dépend donc fortement de la culture dans laquelle elle s’exerce. Dans le cadre des études linguistiques, nous nous intéressons aux stratégies langagières qui sont des traductions du code culturel de la politesse.

            La théorie de la politesse est développée par Brown & Levinson dans les années 1980 (BROWN & LEVINSON, 1987), un des éléments fondamentaux de la théorie est ce que les auteurs appellent les « faces ». Brown & Levinson distinguent dans leur étude deux types de « faces » qui sont les représentations publiques de l’individu : la face positive est définie par l’image personnelle que l’on souhaite montrer, et la face négative consiste à protéger le territoire et la liberté de se comporter (BROWN & LEVINSON, 1987 : P61).

Le refus est un phénomène universel dans toute société et culture. L’expression de la non-volonté existe dans toute langue humaine. Etant donnée une culture fortement « situation-based »[1], la culture chinoise possède sa particularité par rapport à la culture occidentale. Le conflit n’est pas le bienvenu dans la culture chinoise, savoir dire non en minimisant le risque de perdre la face est souvent considéré comme une véritable compétence car le refus est un acte menaçant à la fois pour la face du locuteur et de l’interlocuteur.

De nombreuses études démontrent que le refus peut avoir lieu en répondant généralement aux quatre actes : demande, offre, invitation et suggestion. Les analyses antérieures de ce sujet en mandarin standard se sont réalisées principalement au niveau sémantique dont la fonction communicative du langage n’est pas au premier plan. Il est aussi intéressant de noter que le refus occupe une place rituelle dans la politesse chinoise. Par exemple, pour répondre à une offre, un compliment ou même un remerciement, l’acceptation immédiate pourrait être un acte impoli. Les exemples suivants montrent les deux types de refus comme réponse à une invitation réelle ou rituelle :

  • invitation réelle (conversation imaginaire entre deux colocataires) :
  1. 今天 雨                      太大                    了,                    下班         你          等          我      一下,      我          开车        来          接          你。

Jintian       yu          taida       le,         xiaban            ni          deng    wo          yixia,            wo          kaiche            lai         jie     ni.

Aujourd’hui pluie             très grand (particule d’état), après le travail   tu attendre             je          un peu,     je    conduire voiture venir chercher            tu.

Il pleut beaucoup aujourd’hui, attends moi après le travail, je viendrai te chercher en voiture.

  1. 我       今天        得          出去        办事        呢,         你    先          回去        吧。

Wo                     jintian             de                    chuqu              banshi             ne,                   ni           xian                 huiqu              (particule d’expression)

Je                       aujourd’hui   obligatoire     aller vers l’extérieur             faire quelques choses   (particule),                 tu        avant              rentrer           (particule).

Je dois aller faire quelques choses aujourd’hui, tu peux rentrer sans moi.

  • invitation rituelle (conversation imaginaire entre deux collègues se croissant dans un restaurant):
  1. 那么 巧,                    一起                    吃                      吧?

Name                   qiao,                yiqi                  chi                   ba

Tellement           coïncidence   ensemble       manger           (particule d’interrogation)

Ça tombe bien, tu veux manger avec nous ?

  1. 哎呀 真          巧,        不了不了,  我    随便        吃点    就                      先    回去  了。              你们  慢慢        玩儿 !

Aiya                zhen        qiao,       bulebule,   wo    suibian       chidian           jiu                     xian  huiqu le.         Nimen manman  wanr !

(particuled’expression)  vraiment    coïncidence,      non non,    je    au  hasard   manger peu  (particule de conséquence)    avant rentrer     (particle d’état),vous  lentement   s’amuser

Ah quelle coïncidence, mais non je vais juste prendre quelques choses de vite fait et rentrer rapidement. Amusez-vous bien !

Notre recherche consiste tout d’abord à décrire pragmatiquement des stratégies de refus pratiquées par les Chinois sous contextes différents. Cette description nous permettra de comparer et d’analyser les stratégies différentes en question que l’on adopte pour exprimer la même intention au sein d’une même culture.

Quant au corpus, nous nous intéressons au langage parlé. Le recueil des données sera sous forme d’entretien en personne, les conversations seront enregistrées. Le public cible est le locuteur natif de la langue chinoise. Afin de recueillir des langages plutôt « naturels » et de les comparer, nous allons introduire les sujets ou les questions qui favoriseront le refus dans la conversation pour conduire le participant vers des contextes différents. Nous avons décidé de rejeter l’entretien sous forme de questionnaire et le jeu de rôle car le premier a entrainé des réponses systématiques et le second des réactions ou langages moins spontanés selon nos expériences. Les analyses ne s’effectuent pas seulement sur les stratégies contextuelles, les comparaisons générationnelles, et de genre seront également notre sujet d’étude.

 

Bibiographie

BROWN, Levinson, 1987. Politeness: some universals in language usage. Cambridge university press.

ESHGHINEJAD, Shahrzad et MOINI, M. Raouf, 2016. Politeness Strategies Used in Text Messaging. SAGE Open. 1 janvier 2016. Vol. 6, n° 1.

HAUGH, Michael et HINZE, Carl, 2003. A metalinguistic approach to deconstructing the concepts of « face » and « politeness » in Chinese, English and Japanese. Journal of Pragmatics. 1 octobre 2003. Vol. 35, n° 10-11, pp. 1581‑1611.

HOLMES, Janet, 1995. Women, men, and politeness. Longman.

HONG, Wei, 2002. How does power affect Chinese politeness? An empirical study of Chinese directives. Journal of the Chinese Language Teachers Association. 1 janvier 2002. Vol. 37, n° 2, pp. 59‑73.

JASZCZOLT, Katarzyna M. et ALLAN, Keith, 2012. The Cambridge handbook of pragmatics. Cambridge university press.

KERBRAT-ORECCHIONI, Catherine, 2005. Le discours en interaction. A. Colin.

MILLS, Sara, 2003. Gender and politeness. Cambridge University Press.

NASH, Thomas, 1983. An instance of American and Chinese politeness strategies. RELC Journal. 1 décembre 1983. Vol. 14, n° 2, pp. 87‑98.

SPENCER-OATEY, Helen, NG, Patrick et DONG, Li, 2008. British and Chinese reactions to compliment responses. Spencer-Oatey, Helen, ed. Culturally speaking: culture, communication and politeness theory. 2nd ed. London; New York: Continuum, 2008. xii, 372p. 1 janvier 2008. pp. 95‑117.

YU, Ming-chung, 2003. On the universality of face: evidence from Chinese compliment response behavior. Journal of Pragmatics. 1 octobre 2003. Vol. 35, n° 10-11, pp. 1679‑1710.

ZHAO, Peng-Liang et GAO, Min, 2013. Politeness Strategies in Refusal. Sino-US English Teaching,. décembre 2013. N° Vol. 10, No. 12, pp. 920‑924.

Journal of politeness research : language, behaviour, culture.

[1] La situation est un des facteurs dominants des comportements personnels.