Adli TAKKAL BATAILLE

« Aperçu de la sélection consensuelle dans le langage : la genèse, la diffusion et l’adoption de nouveaux mots dans le lexique en tant que processus de consensus décentralisé»

Adli TAKKAL BATAILLE (Master 2 Sciences du langage – Université Bordeaux Montaigne)

L’objectif de la présente communication est l’élaboration d’un modèle de description de l’évolution du lexique dans les langues par une réflexion pluridisciplinaire tant au sein de la linguistique (sémantique, lexicologie, sociologie, etc.) qu’à l’extérieur de celle-ci (théorie des réseaux, thermodynamique, biologie, etc.). 

Le modèle en question est celui décrit dans le sous-titre en ce sens que nous suggérons que les évolutions de la langue sont les résultats constants d’un processus de consensus décentralisé. Ce que nous entendons par « processus de consensus décentralisé » est le processus permettant de se mettre d’accord sans autorité centrale. Cette faculté permet au langage d’être anarchique au sens premier du terme et de générer de l’ordre quand bien même il est face au chaos[1][2]. Tout comme la sélection naturelle2 profite de la contingence, la sélection consensuelle permettrait à la langue de perdurer tout en s’adaptant à son époque et ses concepts. Tout comme la sélection de parentèle[3] profite de l’altruisme, la sélection consensuelle oriente vers l’inter-compréhension au sein de groupes multiscalaires. Il faudra également ne pas négliger l’apport de Dawkins et sa génétique appliquée à la culture : la mémétique[4].

Ainsi nous allons explorer ces pistes au regard des données textuelles concernant le Bitcoin[5] et tout ce qui l’entoure de près. ( nommé notamment les protocoles d’échanges décentralisé. ) Nous verrons que les néologismes induits par cette nouveauté conceptuelle ont été le résultat d’un processus de consensus décentralisé. Pour certains termes il semble qu’un équilibre ait été trouvé comme Bitcoin tandis que pour d’autres la situation est encore instable comme blockchain, du moins en français. En effet nous verrons la difficulté qu’à ce mot pour trouver un genre naturellement stable chez tous les locuteurs ainsi qu’une traduction.

La question des néologismes a été traité par de nombreux linguistes comme en témoigne Néologisme : une typologie des typologies de Jean-François Sablayrolles. Cependant notre propos sera centré sur le réseau qui génère et normalise plus que sur les raisons-mêmes de l’innovation lexicale. L’auto-organisation du lexique toutefois a été abordée plusieurs fois par l’équipe de recherche du Sony Computer Science Laboratory[6].

En effet une des problématiques sera d’identifier comment les normes se créent et se décident au sein d’un réseau de locuteurs. Nous constaterons que la superposition de réseaux de communicants est une des clefs du mouvement évolutif d’une langue donnée. Le réseau du langage est un réseau de réseaux avec un super-réseau décentralisé[7] et des multitudes de réseaux aux architectures différentes mais majoritairement distribuées (pair à pair).

Pour observer la diffusion d’une évolution lexicale comme « Bitcoin » ou « blockchain » nous utiliserons des principes sociolinguistiques comme les différents niveaux dialectaux.[8] (idiolecte, technolecte, sociolecte, Mundartbund[9], globolecte.) Nous verrons que le réseau linguistique est une superposition de différents dialectes qu’il convient d’identifier pour saisir la diffusion d’un nouveau mot.

Nous tenterons de retracer nos différents termes à travers un corpus public essentiellement numérique et quasi-exhaustif depuis la genèse de la monnaie. : plusieurs mailing lists (Metzdown[10] : le lieu de naissance de Bitcoin mais aussi d’autre comme celle de SourceForge[11]) , des conversations de messagerie instantanée (notamment sur l’IRC #bitcoin-dev[12] qui comptabilise plus de 1000 échanges journaliers), des forums (comme BitcoinTalk[13] avec ses 18 millions de messages) , médias (des centaines d’articles de différentes sources), du code (les commentaires dans le code des différentes versions[14]), d’études académiques (plus de 600 articles[15]), etc. Le Bitcoin étant un outil élaboré sur la toile et datant de 2008, nous pouvons presque retracer intégralement la majorité des innovations lexicales le concernant. Nous nous servirons aussi de notre expérience personnelle et de nos observations sur ce milieu que nous fréquentons depuis maintenant plus de quatre ans.

Cependant nous observerons aussi des cas extérieurs au champ lexical des monnaies numériques décentralisées comme par exemple le cas des émojis[16] qui sont un langage universel pictographique centralisé et où, de facto, l’innovation lexicale semble impossible par tous les pairs du réseau. Pourtant nous verrons que ce n’est pas aussi centralisé que nous pouvions le penser et que la pression de l’innovation lexicale décentralisée demeure forte.

[1] Au sujet du chaos et de la non-linéarité du langage : La linguistique du Chaos, annexe I, pp. 75-77, de T.A.Z., Zone Autonome Temporaire,

[2]Variation, chaos et système en interlangue française, Jean-Marc Dewaele, 2002 ; Conférence de Olivier Rey : être de bonne taille 2 DARWIN, Charles. L’origine des espèces au moyen de la sélection naturelle ou la lutte pour l’existence dans la nature. C. Reinwald, 1876.

[3] The Evolution of Altruistic Behavior. Hamilton, W. D. ,The American Naturalist, 1963,  97(896), 354-356.

[4] Le Gène égoïste, 1976, Richard Dawkins

[5] Monnaie numérique décrite en 2008 dans le livre blanc Bitcoin: A Peer-to-Peer Electronic Cash System par Satoshi Nakamoto

[6] Dynamique de l’auto-organisation lexicale, Frédéric Kaplan, In Cognito, 15 (1999), 3-23

[7] Sur la communication dans les réseaux de réseaux : A refutation of Metcalfe’s Law and a better estimate for the value of networks and network interconnections,  2005, Andrew Odlyzko, Benjamin Tilly

[8] Marie-Louise Moreau , 1997, Sociolinguistique: les concepts de base,

[9] « Fédération de parlers » en Allemand, terme apparu récemment par analogie avec celui de Sprachbund (Kremnitz 2007 : 7, citant L. Léonard et A. Gaillard-Corvaglia 2006, non publié).

[10] Satoshi Nakamoto, 2008, Bitcoin P2P e-cash paper, https://www.mail-archive.com/search?l=cryptography@metzdowd.com&q=subject:

%22Bitcoin+P2P+e%5C-cash+paper%22&o=newest&f=1

[11] Bitcoin List ,2008-2015, https://sourceforge.net/p/bitcoin/mailman/bitcoin-list/

[12] Archives des échanges IRC publique du canal #bitcoin-dev, http://bitcoinstats.com/irc/bitcoin-dev/logs/2010/11

[13] Statistiques permettant de prendre la mesure du nombre considérable de messages sur ce forum, https://bitcointalk.org/index.php? action=stats

[14] Premières versions du protocole Bitcoin avec notamment le mot timechain dans la v0.1 : http://satoshi.nakamotoinstitute.org/code/

[15] Liste collaborative des écrits académiques traitant de Bitcoin, 2016, https://docs.google.com/spreadsheets/d/1VaWhbAj7hWNdiE73P-Wwrl5a0WNgzjofmZXe0Rh5sg/edit#gid=0

[16] «  Lettre-image » en japonais. Pictogrammes universaux utilisées dans les messages électroniques devenant utilisables et normés ISO par la seule demande d’Apple.

Bibliographie

La Genèse, la diffusion, et l’adoption de nouveaux mots dans le lexique en tant que processus de consensus décentralisé.

BABINIOTIS Georges, « Diachronie et synchronie dynamique », La linguistique 2009/1 (Vol. 45), p. 21-36.

BACHTA Abdelkader, « Le modèle mathématique de la Morphogenèse chez R. Thom », 2011.

BAMMAM David, EINSTEIN Jacob and SCHNOEBELEN Tyler, 2014, « Gender Identity and Lexical Variation in Social Media, » Journal of Sociolinguistics 18.2.

BEY Hakim, 1997, « TAZ, Zone Autonome Temporaire », Éditions de l’Éclat .

BLACKMORE Susan, « The Evolution of Meme Machines », 2002, article présenté au Congrès International Ontopsychologie et Mémétique.

BULEAEcaterina , 2009, « Dynamique Langagière et dynamique matérielle ; attitude épistémologiques face à un problème philosophique », Texto! 2009, vol. XIV, n°1 .

BULLY Philippe, 1969,« Zipf, créateur de la linguistique statistique ». In: Communication et langages, n°2, 1969. pp. 23-28.

CALLON Michel, FERRARY Michel, 2006, « Les réseaux sociaux à l’aune de la théorie de l’acteur-réseau », Sociologies pratiques 2006/2 (n° 13), p. 37-44.

CAROLL Joseph, 2008, « An Evolutionary Paradigm for Literary Study », Style: Volume 42, Nos. 2 & 3, Summer/Fall 2008 .

CHERVEL André, 1979, « Le débat sur l’arbitraire du signe au XIXe siècle. In: Romantisme »,, n°25-26. Conscience de la langue. pp. 3-33.

CHIENLENS, K., & HEYLIGHEN, F. , 2005, « Operationalization of meme selection criteria: Methodologies to empirically test memetic predictions. » In Proceedings of the Joint Symposium on Socially Inspired Computing (AISB’05) (pp. 14-20).

CHIELENS, Klaas, 2003, « The Viral Aspects of Language: A Quantitative Research of Memetic Selection Criteria. » Unpublished Masters Thesis VUB, 2003.

CLAIDIÈRE Nicolas, 2009, « Théories darwiniennes de l’évolution culturelle : modèles et mécanismes. » Philosophie. Université Pierre et Marie Curie – Paris VI,.

DARWIN, Charles. « L’origine des espèces au moyen de la sélection naturelle ou la lutte pour l’existence dans la nature. » C. Reinwald, 1876.

DAWKINS Richard, 1976, « Le Gène égoïste »

DEWAELE, J. M. ,2001, « L’apport de la théorie du chaos et de la complexité à la linguistique ». La Chouette, 32, 76-86.

DEWAELE Jean-Marc, 2002, « Variation, chaos et système en interlangue française », Acquisition et interaction en langue étrangère [En ligne], URL : http://aile.revues.org/1030

DONNADIEU, Gérard, DURAND, Daniel, NEEL, Danièle, et al, 2003, « L’Approche systémique: de quoi s’ agit-il. Union Europeenne de Systemique. »

DUNBAR, R. I. M. ,1993, « Coevolution of neocortical size, group size and language in humans. » Behavioral and Brain Sciences 16 (4): 681-735.

EINSTEIN Jacob, O’CONNOR Brendan, SMITH Noah A., XING Eric P., 2014 , « Diffusion of Lexical Change in Social Media »

EL ABBOUBI Manal, Annie Cornet, 2010, « L’implication des parties prenantes comme un processus de construction sociale. Analyse à partir de la théorie de l’acteur-réseau », Management & Avenir 2010/3 (n° 33), p. 275-297.

GENETTE Gérard ,2014, « Mimologiques. Voyage en Cratylie ». Le Seuil.

GIFFORD, P., & SCHMID, M. ,2007, « La Création en acte: devenir de la critique génétique » (Vol. 289). Rodopi.

GOTTELAND David et al.,  2006,« L’innovation par la pensée analogique », L’Expansion Management Review 2006/1 (N° 120), p. 79-83.

GUILBERT Louis, 1973, « Théorie du néologisme ». In: Cahiers de l’Association internationale des études francaises, 1973, n°25. pp. 9-29 .

HAMMA Badreddine, 2009, « Philosophie et linguistique à la croisée des chemins ? La problématique de l’indicible ». P. Frath, CH. Glendhill et J. Pauchard. RES PER NOMEN, EPURE- Éditions et Presses universitaires de Reims, pp. 195-212.

HENDLER, J., & GOLBECK, J., 2008, « Metcalfe’s law, Web 2.0, and the Semantic Web ». Web Semantics: Science, Services and Agents on the World Wide Web, 6(1), 14-20.

HERMANS Adrien, 1994, « Diffusion et propagation », in Communications, Terminologies nouvelles, N° 12, décembre 1994 : Implantation des termes officiels (actes du séminaire de Rouen)

KAPLAN, F.,1999, « Dynamiques de l’auto-organisation lexicale: simulations multi-agents et Têtes parlantes ». Cognito: Revue interantionale francophone en Sciences Cognitives, 15, 3-23.

KAPLAN, F., 2000, « L’émergence d’un lexique dans une population d’agents autonomes » (Doctoral dissertation, UNIVERSITE PARIS 6).

KOURDIS, E.,2014, « Traduire l’écart langagier. La traduction du verlan français en grec ». Argotica.

LE DEUFF Olivier, 2006, « Autorité et pertinence vs popularité et influence : réseaux sociaux sur Internet et mutations institutionnelles. »

LÉON, J., 2008, « Théorie de l’information, information et linguistes français dans les années 1960. Un exemple de transfert entre mathématiques et sciences du langage. » In Congrès Mondial de Linguistique Française (p. 097). EDP Sciences.

LICKUS, P., 2012, « The Value of Social Network as function of number of users ».

MAZAUDON Martine, MICHAILOVSKY Boyd, 2007, « La phonologie panchronique aujourd’hui: quelques repères. » Fernandez-Vest, M.M.J. Combat pour les langues du monde – Fighting for the world’s languages, Hommage à Claude Hagège, L’Harmattan, pp.351-362,, collection Grammaire et Cognition, 4.

McWHORTER J. H., 2014, « The language hoax. » Oxford University Press.

MONNERET Philippe, 2004, « Essais de linguistique analogique. » ABELL, Essais de linguistique analogique, 2-904911-66-9.

MONNERET Philippe, 2014, « L’iconicité comme problème analogique. » Le Français Moderne – Revue de linguistique Française, CILF (conseil international de la langue franc ̧aise), 1, pp.46-77.

MORTUREUX, M. F., 1997, « La lexicologie entre langue et discours ». Sedes.

NAKAMOTO, Satoshi. 2008, « Bitcoin: A peer-to-peer electronic cash system. » 2008.

NELDE Peter Hans, 2004, « Le nouveau plurilinguisme de l’Union Européenne et la linguistique de contact », Revue française de linguistique appliquée 2004/2

NOTTALE, M., 2008, « Ancrage d’un lexique partagé entre robots autonomes dans un environnement non-contraint » (Doctoral dissertation, Université Pierre et Marie Curie-Paris VI).

ODLYZKO, A., & Tilly, B.,2005, « A refutation of Metcalfe’s Law and a better estimate for the value of networks and network interconnections. » Manuscript, March, 2, 2005.

OUDEYER, Pierre-Yves, 2004, « Aux sources du langage: l’auto-organisation de la parole. » Cahiers Romans de Sciences Cognitives, In Cognito, 2(2), 1-24.

OUDEYER, Pierre-Yves., 2003, « L’auto-organisation de la parole. » University Paris VI, Paris.

OUDEYER, Pierre-Yves., 2009, « L’auto-organisation dans l’évolution de la parole. »

OUDEYER, Pierre-Yves, 2009, « Sur les interactions entre la robotique et les sciences de l’esprit et du comportement. ».

PETITOT, Jean, 2007, « Auto-organisation, criticité et temporalité »

PETITOT, Jean,1993, » Phénoménologie naturalisée et morphodynamique: la fonction cognitive du synthétique a priori. » Intellectica, 1993, vol. 17, no 2, p. 79-126.

PETITOT-COCORDA, Jean, 1985, « Morphogenèse du sens: Pour un schématisme de la structure. » Presses universitaires de France, 1985.

PETROFF André, 1985, « L’autre Saussure », Semen [En ligne] : http://semen.revues.org/4281

PICARD, Dominique, 1992, « De la communication à l’interaction: l’évolution des modèles. » in Communication et langages, 1992, vol. 93, no 1, p. 69-83.

PROVITOLO, Damienne, 2006, « La dynamique des systèmes selon JW Forrester. » Hypergéo (http://www. hypergeo. eu).

REUTENAUER, Coralie, 2012, « Vers un traitement automatique de la néosémie: approche textuelle et statistique. « Thèse de doctorat. Thèse de doctorat en Sciences du langage de l’Université de Lorraine.

REY Olivier, 2015,  « Être de la bonne taille », cycle de conférence de la fondation Institut d’Etudes Avancées de Nantes.

RICHET, Bertrand, 2011, « Les fractales du sens. ». Thèse de doctorat. Université de Nanterre-Paris X.

ROBERT, Stéphane, 2003, « Polygrammaticalisation, grammaire fractale et propriétés d’échelle. »

RODDIER, François, 2010, « La Thermodynamique de l’évolution : du Big Bang aux sciences humaines », Les conférences de l’Institut d’Astrophysique de Paris (IAP).

SABLAYROLLES, Jean-François, 1996, « Néologismes: Une typologie des typologies. » Cahier du CIEL, 1996, vol. 1997, p. 11-48.

SABLAYROLLES, 2006, Jean-François. « La néologie aujourd’hui. » .

SENDRIER Nicolas, 2007, « Introduction à la théorie de l’information ».

SHANNON, Claude E. et WEAVER, Warren, 1975, « Théorie mathématique de la communication: préf. d’Abraham Moles »; trad. de J. Cosnier..[et al.]. Retz,.

SPANG-HANSSEN, Henning, 1967, « Fini et infini dans le vocabulaire. » Langages, no 6, p. 100-105.

STEELS, Luc, 2000, « Language as a complex adaptive system. » In : International Conference on Parallel Problem Solving from Nature. Springer Berlin Heidelberg. p. 17-26.

STEELS, Luc, 2011, « Modeling the cultural evolution of language. » Physics of Life Reviews, 2011, vol. 8, no 4, p. 339-356.

STEELS, Luc et KAPLAN, Frederic, 1999, « Amorçage d’une sémantique lexicale dans une population d’agents autonomes, ancrés et situés. » Traitement automatique du langage naturel 1999.

STEELS, Luc et KAPLAN, Frédéric, 2000, « Expériences sur l’origine et l’évolution du langage. » 2000.

STEELS, Luc et KAPLAN, Frédéric, 1998, « Spontaneous lexicon change. » In : Proceedings of the 36th Annual Meeting of the Association for Computational Linguistics and 17th International Conference on Computational Linguistics-Volume 2. Association for Computational Linguistics, 1998. p. 1243-1250.

THOM, René, 1974, « Stabilité structurelle et morphogénèse. » Poetics, 1974, vol. 3, no 2, p. 7-19.

VAXELAIRE, Jean-Louis, 2014,  « Cratyle, Hermogène et Saussure au XXIe siècle. » In : SHS Web of Conferences. EDP Sciences, 2014. p. 535-549.

ZIRAN, He, 2008 « On Memes and Memetics in Language »

Publicités